Soutenez le PS

Adhérez au PS

Oh my! Lectures…

Quelques lectures stimulantes :

(1) Pour celles et ceux qui en ont marre des quenelles (et des querelles) et voudraient réfléchir un peu sur le fond : http://redalertesocialist.wordpress.com

(Quant à celles et ceux à qui toute cette malheureuse histoire aurait redonné envie de manger de vraies « qu’nelles » de Bourg-en-Bresse ou de Nantua, on ne saurait trop recommander le blog de Guillaume Long, sur le site lemonde.fr.)

 

(2) Où l’on reparle de French-bashing… Cette fois, ce ne sont pas les journaux allemands qui s’y mettent, mais Newsweek, ou plutôt ce qu’il en reste puisque le site newsweek.com n’est plus que l’ombre du magazine papier désormais défunt. Pour commencer, on pourra bien sûr lire l’article incriminé. Si vous ne lisez pas l’anglais (ou que vous n’avez pas envie de vous farcir tous les poncifs sur le système social français), le blog du monde.fr s’est livré à un décodage efficace. L’exemple absurde du demi-litre de lait à près de 4 dollars a suscité l’ironie d’Anne Sinclair (qui doit s’y connaître en épiceries de luxe). Quelques jours plus tard, Newsweek remettait ça, le coq gaulois se transformant cette fois en autruche. Pour un bon résumé et une vision plus lucide et plus nuancée, anglo-saxonne certes (quoique…), mais pas américaine, on pourra lire  l’article paru dans The Irish Times.

Il resterait à dire qu’au fond, les articles de la presse conservatrice allemande ou américaine tapant sur la France, son gouvernement et/ou son système social font beaucoup d’honneur à François Hollande : tous les problèmes du pays seraient apparus depuis qu’il est au pouvoir… Mais finalement, ils interviennent plutôt dans un débat germano-allemand (« Si le salaire minimum passe, l’Allemagne deviendra comme la France, est-ce vraiment ce que vous voulez ? ») ou américano-américain (« Si Obamacare est appliqué, les USA, ce glorieux pays de la liberté, deviendront – horreur ! – un pays socialiste comme la France. »). Pour la plupart, les auteurs de tels articles brillent par leur méconnaissance de la réalité de ce pays de la Vieille Europe qui s’appelle la France, voire par l’ignorance totale de l’obscur dialecte d’origine latine qui y est parlé. Le pompon revient à l’auteur du 2e article de Newsweek, qui concluait « As the French say, ‘À être continué’ ». Devant les sarcasmes, le texte a été modifié et s’achève désormais par « As the French say, ‘Voir venir’ » (alors que tout le monde sait qu’en France, on dit Wait and see…).

Trêve de plaisanterie, il y a des problèmes structurels réels en France et s’il y a une part de responsabilité du gouvernement actuel, elle tient en grande partie, bien plus qu’à un chimérique dogmatisme idéologique, au manque de cohérence et de lisibilité de sa politique. Il serait bon de prendre son temps et de réfléchir à un projet cohérent, ce qui nous ramène au premier article, cf. (1). As we French really say, ‘La boucle est bouclée.’

 

Bonne année à toutes et à tous !

 

Emmanuel Faure

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.