Soutenez le PS

Adhérez au PS

Communiqué: A Berlin, on tue bien plus qu’un institut

La section de Berlin du Parti Socialiste a été informée il y a quelques semaines du plan conçu par l’Ambassade de vendre la Maison de France à Berlin, incluant une relocalisation de l’Institut Français à l’Ambassade, Pariser Platz, d’ici 2015. Ceci, sans concertation préalable avec les responsables politiques et associatifs.

 

Le ministère des Affaires étrangères, selon une vision comptable et peu raisonnable bien éloignée de nos valeurs, a décidé que la présence de la France dans les villes du monde serait regroupée dans des lieux uniques, mêlant culture et administration.

 

La Maison de France, dont la fréquentation est d’ailleurs en constante progression, est un lieu connu et apprécié de nombreux Berlinois, notamment ceux habitant l’ouest de la ville. L’argument du recentrage ne tient pas debout puisqu’à la différence de Paris, Berlin est une ville pluricentrique : l’actuel site sur le Kurfürstendamm est un quartier résidentiel, de passage et d’affichage, auquel serait préféré un lieu certes géographiquement central, mais ni résidentiel, ni de passage.

 

Aucun rapport n’a été réalisé pour établir le coût du réaménagement de l’Ambassade, notamment dans son aspect sécuritaire. Combien de millions d’euros, sur les 15 que rapporterait la vente de la Maison de France, devront (ou pourront) être consacrés à ce réaménagement ? Combien d’usagers perdra-t-on du fait du déplacement ? C’est seulement une fois la décision « actée », selon la bonne logique administrative, qu’a été commandé un rapport, qui devrait être disponible en septembre.

 

Une garantie concernant l’emploi a été offerte, faible moyen d’acheter la paix sociale. Il est permis d’en douter : combien de temps faudra-t-il pour revenir sur cet engagement, voire fermer totalement l’institut, une fois observée la baisse de la fréquentation résultant logiquement de l’emplacement peu favorable, de la réduction de la surface de la médiathèque et, en général, de l’offre culturelle ? Tout le monde appréciera-t-il de passer sous les drapeaux et devant les gendarmes pour aller emprunter un livre ?

 

Pour calmer les inquiétudes, une commission d’évaluation a été dépêchée à Berlin. Sa composition trahissait déjà sa mission. Résultat prévisible, pas question de revenir sur la vente de la Maison de France. Une mission sérieuse aurait essayé de voir quelles parties de l’Institut auraient pu être mises en commun avec d’autres pays, la ville, ou même privatisées. Il en va de même pour l’Ambassade, puisque c’est elle que l’on sauve financièrement en vendant l’Institut.

 

Au-delà des aspects rationnels, quelle désillusion que ce plan, uniquement destiné à générer quelques millions d’euros. Grâce à la Maison de France, ce sont des dizaines de milliers de familles qui ont vécu l’échange culturel dans toute sa profondeur. Des personnes qui sont venues étudier en France, travailler en France et pour la France, y passer leurs vacances et transmettre à leurs proches leur passion pour notre pays et notre culture. Du point de vue comptable, le retour sur investissement n’existe pas même dans les rêves du meilleur trader. Sur le plan humain, c’est toute la compréhension franco-allemande et au-delà, la construction de l’Europe que nous hypothéquons.

 

Nous demandons :

  • la non-ingérence de l’administration dans des processus de décisions politiques
  • la consultation préalable des acteurs locaux et l’élaboration d’un rapport écrit avant la prise de décisions affectant les missions de lEtat, de surcroît guidées par l’aspect financier
  • la remise en cause de l’application aveugle de la règle d’un lieu unique, tant que l’efficacité d’un tel principe n’a pas été démontrée
  • une recherche sérieuse des possibilités de mise en commun, sous-location, voire de cession partielle des deux locaux
  • une politique d’action culturelle extérieure à l’étranger, y compris dans les pays voisins
  • le respect de la promesse faite par François Hollande de ne pas réduire l’offre culturelle à l’étranger

 

Section de Berlin du Parti Socialiste

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.