Soutenez le PS

Adhérez au PS

De Tombouctou à Bruxelles.

Si François Hollande a vécu  » la journée la plus importante de sa vie politique  » au Mali, il ne pourra pas en dire autant pour ce qui concerne l’Europe. Le président, qui a fait du redressement de la France, en gardant notre modèle social, le coeur de son programme, vient de se heurter à un mur. En effet le conseil européen a adopté le week-end dernier un budget en baisse de 3%. C’est un budget d’austérité soutenu par l’Allemagne, les Pays-Bas et le nord de l’Europe, pour la première fois de son histoire en baisse, alors qu’il faudrait soutenir les atouts du vieux continent dans la globalisation.

Certes, nous sauvons la face, les fonds de la P.A.C ( politique agricole commune ) sont maintenus, ceux pour les régions défavorisés aussi, mais les investissements pour les infrastructures seront en baisse de plus de 10 milliards d’euros, alors que ce sont des investissements d’avenir, sans compter la baisse des programmes d’aides. La caricature de Plantu, montrant un François Hollande en treillis militaire, sautant sur Bruxelles, pour  » libérer l’Europe de la rigueur « , peut faire rire, mais aussi rendre triste, tant sa vérité a des dents de loup. Le budget qui a été voté est un budget qui renonce à préparer les conditions de l’avenir de l’Europe. Les Anglais furent égaux à eux même, à savoir cohérents, et forts, car ils défendent leurs intérêts nationaux, sans aucune vergogne, tandis que l’Allemagne, par sa puissance économique, impose ses vues.

Notre pays sera toujours au milieu du gué, tant que nos élites, tétanisés par le  » non  » à la constitution de 2005, ne marcheront pas main dans la main avec le peuple. Ce divorce, – avec d’un côté des élites qui veulent l’intégration politique demandé par notre voisin d’Outre-Rhin, et la population, qui face aux fermetures d’usines, au chômage de masse, demande plus de protection, – se voit de plus en plus, et il semblerait que l’opinion soit plus en avance que nos politiques. Elle comprend plus vite les conséquences de la crise, car c’est elle qui vit le chômage, et les effets dévastateurs d’une monnaie unique qui interdit toute dévaluation.

Si le Mali a flatté notre imaginaire universaliste, droits de l’hommiste, l’Europe, depuis la chute du mur de Berlin, n’a apporté que le libre échange – c’est à dire une mise en concurrence farouche entre voisins -, et au final, une hiérarchisation de l’Europe, avec en haut, l’Allemagne, et au plus bas, la Grèce. L’Idéal de nations égales entre elles a vécu, et il sera difficile de recoller les morceaux!

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.