Soutenez le PS

Adhérez au PS

Shalom à la gauche israélienne!

Où est passée la gauche israélienne? A moins d’une semaine des élections générales en Israel, Benjamin Netanyahou, et les partis religieux occupent la scène politique sans challenger, alors que le pays Hébreu a une nouvelle fois approuvé la légalisation d’une nouvelle colonie sauvage en Cisjordanie. L’impuissance de la gauche, depuis sa défaite en février 2009, à faire valoir une pensée, un horizon, pour la société israélienne, a favorisé une sorte de fuite en avant de celle ci, et le parti travailliste a suivi le peuple dans sa dérive droitière.

Invité de France Culture, la semaine passée, Zeev Sternhell, historien, et lauréat en 2008 du prix Israel pour ses travaux en sciences politiques, ne décolère pas, et appelle la gauche à un sursaut, car la situation devient de plus en plus tendue, et à ne pas laisser tout l’espace aux colombes ( le Likoud allié aux partis religieux, pour ne pas dire messianique ). Pour l’écrivain, on assiste à un repli sur soi de plus en plus important, et la droite est majoritaire, à cause d’un phénomène de radicalisation, qui a un rapport avec les problèmes démographiques à venir.  » Les laics font deux enfants, tandis que les religieux font dix enfants…(..)..et les colons, c’est la droite dure, la droite capable de tout, qui a un projet qui veut empêcher la création d’un Etat palestinien, annexer la Cisjordanie, et résister par la force s’il le faut à celui qui oserait les défier, ou qui pousserait à un retrait juif de la colonie « , nous dit l’historien , et aussi contributeur au journal Haaretz.

La gauche a perdu beaucoup de son attrait intellectuel, et pour Z.Sternhell, il faut revenir aux frontières de 67 car  » tous les objectifs du sionnisme ont été atteints « . C’est sur ce thème que la gauche pourrait faire campagne, et expliquer aux citoyens israeliens que  » tout ce qui a été fait jusqu’en 48, est bon et juste..(…), que la guerre des six jours fut un accident, et ne peut-être considérée comme la suite de l’indépendance « . La gauche doit convaincre l’électorat centriste sur ces thèmes, et faire revenir la conscience du pays à plus de raisons.

Israel est enfermé dans une citadelle intérieure et extérieure, où il y’a 2 peuples, dont l’un se trouve en état d’infériorité. Deux options s’offrent aux Israéliens: un Etat binational, où tous les citoyens sont égaux à part entière – ce qui fait que dans 20 ou 30 ans, les juifs seront en minorité – ou alors, on ira vers un apartheid, où les Palestiniens seront des citoyens de seconde zone. Inacceptable, évidemment, pour Z.Sternhell, et pour la communauté internationale. Considérant qu’il n’est  » pas question d’un Etat binational de bonne foi pour la droite « , la gauche doit être ferme, en revenant à l’Histoire du pays, en affirmant haut et fort que  » le sionisme n’a jamais été l’inféodation d’un autre peuple, le sionisme c’était la création d’un Etat juif, et il n y’a aucun besoin d’aller au delà des frontières de 67, et en échange on demande aux Palestiniens de renoncer aux droits du retour « .

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.