Soutenez le PS

Adhérez au PS

Matteo Renzi, ou la fraicheur du lys.

Les primaires italiennes, qui ont eu lieu dimanche, furent un succès, et ont montré la passion des Italiens pour la politique. Trois millions de votants – un peu moins qu’en 2006 où les primaires en avaient attiré 4,3 millions – se sont rendus dans les urnes, et Matteo Renzi, maire de Florence, qui est la vedette du moment, a attiré 36% des votes alors que Pier Luigi Bersani a raflé la mise, en attirant près de 45% des votants.

Matteo Renzi, nouveau personnage de la politique italienne, est souvent accusé d’être un  » Berlusconi de gauche  » ( sans doute des rabats joies habituels que nous avons aussi dans notre gauche ! ), alors que Marc Lazar, spécialiste de l’Italie, considère que le succès de ces primaires est  » dû à la forte personnalité de Renzi..(…)..il a su mettre le doigt là ou cela fait mal, à savoir la gérontocratie, le véritable mal de l’Italie « . L’appel du chouchou des médias à la  » rottamazione « , c’est à dire la  » mise à la casse  » des  » vieux  » ( on parlerait des cumulards en France ), est certes un peu exagéré, mais il pourrait être le signal qu’attendaient les Italiens pour changer aussi de régime. Ainsi le gouvernement technique de Mario Monti pourrait arriver à son terme, et on passerait alors vers un gouvernement dit  » normal  » c’est à dire élu démocratiquement.

Reste l’inconnue Berlusconi, qui n’exclut pas d’envoyer sa  » pouliche  » en la personne de Giorgia Meloni. Une sorte de madone, ancienne du MSI ( parti fasciste italien ), qui rêve d’un avenir en politique. Mais le  » cavaliere  » n’a pas dit son dernier mot, puisque dimanche dernier, il a estimé  » légitime de réfléchir aux moyens à mettre en oeuvre pour parvenir à cette modernisation de l’Italie, cette révolution libérale.  » Un pas devant, un pas derrière. Tout dépendra du résultat du deuxième tour des primaires dimanche soir. Elles restent ouvertes, et si Matteo Renzi l’emporte, alors un beau duel pourrait s’annoncer pour la présidence du Conseil, surtout si S.Berlusconi décide d’y aller.

On pourrait alors y jouer Rigoletto, chez Berlusconi, à la Scala!

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.