Soutenez le PS

Adhérez au PS

Mélodrame en sous-sol.

Les sondeurs se sont trompés! C’est  » le Pen au chocolat  » qui a gagné les primaires de l’UMP face au réservé François Fillon. Ce mélodrame, qui aurait pu être une mélodie pour l’ancien premier ministre – certains sondages le créditaient de plus de 60% des votes – a finalement tourné court, et ce sont les idées de la « droite forte  » qui ont eu les faveurs des électeurs de l’UMP.

Nous aurions tort d’ironiser sur ce qui s’est passé le week-end dernier – rappelons-nous le Congrès de Reims – car la victoire de Jean-Francois Coppé valide la doctrine Buisson, et cette fois c’est clair, une partie de l’électorat de la droite républicaine a basculé sur les terres du Front National. Il n y a pas lieu de se réjouir, car cette évolution peut nous revenir en boomerang! Il y a un profond malaise dans notre démocratie, et le message du week-end dernier, est que les partis sont déconnectés de la réalité quotidienne de nos concitoyens.

Comme le dit Dominique Reynié, politologue, la droite a trouvé sa  » force dans l’ouverture au monde, l’Europe, la croissance, l’innovation, la refonte de l’Etat, la liberté individuelle, la responsabilité… » , et aujourd’hui son électorat a peur, et se retrouve sur un terrain identitaire! Ce n’est pas JFC qui a gagné, mais les idées du FN. Son leader se frotte les mains, et au milieu de l’échiquier, Jean-Louis Borloo espère les ralliements.

Et la gauche, dans tout çà? Nous avons besoin d’une opposition solide, mais surtout nous avons l’obligation de réussir, de remettre au centre les territoires de la République abandonnés, et favoriser la croissance et l’emploi. Jobs, jobs, jobs, comme le martelait Bill Clinton au début des années 90! Il n y a que cela qui fera la différence.

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.