Soutenez le PS

Adhérez au PS

F.Hollande et la synthèse.

Une arrivée à l’américaine – comme Obama! -, un décor gaulliste, en grande pompe, avec tous les ministres présents,  les journalistes et leurs  » monsieur le président « ! On était loin, très loin du  » président normal  » mardi lors de la première conférence de presse du quinquennat de François Hollande. Le président a mis en musique ce qui a été fait depuis 6 mois, a explicité sa politique, de manière à rassurer les Français, comme ses propres ministres.

Croissance, endettement et compétitivité furent les trois matrices de son intervention. La belle histoire de la croissance imposée par la France dans le pacte budgétaire européen, – tout le monde est hilare! – est du marketing politique donc passons!. Le désendettement fut le thème de campagne de François Hollande et là il n y a donc eu aucune surprise. En revanche, le thème de la compétitivité, nouveau concept pour notre électorat, sera dur à avaler. L’explication de son efficacité devra être martelée aussi souvent que possible dans les 2 années à venir. Le tournant a eu lieu mardi, quoiqu’on en dise, et on peut bien parler d’évolution radicale.

N’oublions pas que la victoire présidentielle fut courte, et que le Cevipof, dans une étude parue à l’automne, a indiqué un décrochage des classes populaires et ouvrières – fin des heures supplémentaires au mois de juillet, et hausse des impôts à la rentrée, sans compter la hausse de la tva pour l’année prochaine – qui avaient voté pour la gauche! Et cette catégorie n’est pas clairement en faveur des avancées sur le terrain sociétal ( mariage pour tous..), qu’elle considère comme une tentation de refuge pour masquer les vrais problèmes.

L’intervention de François Hollande était très attendue, et va permettre de faire taire les journalistes, car sur la forme, il a revêtu le costume de président – nos compatriotes apprécient cela – mais il faudra encore beaucoup de pédagogie sur cette nouvelle orientation, d’autant plus que les dépenses publiques devront fondre de l’ordre de 60 milliards sur cinq ans. Une vraie revolution.

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.