Soutenez le PS

Adhérez au PS

Déni de réalité ou réalisme?

Les faits sont têtus! La Banque de France a confirmé son estimation d’un recul de 0,1% du PIB pour le troisième trimestre, après trois trimestres consécutifs de croissance zéro! Le gouvernement, à l’image de Jean-Marc Ayrault, droit dans ses bottes, garde l’objectif des 0,3% pour cette année.

Si on ose contester les  » visions  » de Jean-Marc Ayrault, on est vite traité de pessimiste où de défaitiste, comme l’a été David Pujadas sur France2! A cet égard, le petit journal de Canal+ a montré un petit documentaire de 2002, ou à une réunion entre ceux qui soutenaient Lionel Jospin, Christophe Borgel – le monsieur sondage du PS – a osé évoquer la progression de Jean-Marie le Pen, on a eu droit à un Jean-Marc Ayrault qui ne voulait rien entendre, suggérant même que cette possibilité révélait d’un défaitisme inacceptable! On a vu le résultat, mais que voulez-vous, on ne change pas les rayures d’un zèbre.

Etre en récession, c’est avoir 2 trimestres consécutifs de contraction de l’activité! Les politiques ont l’habitude de confondre la réalité d’une situation et la confirmation de cette situation, mais il faudrait plutôt mesurer la profondeur de la baisse de l’activité. Selon le National Bureau of Economic Research,  » une récession est une baisse importante de l’activité économique répartie dans toute l’économie, d’une durée de plus de quelques mois, normalement visible dans le PIB réel, le revenu réel, l’emploi, la production industrielle et le commerce de gros « . Dans ces conditions, nous sommes servis: des licenciements qui touchent tous les secteurs de l’économie, 3 millions de chômeurs, un recul de la consommation, une baisse généralisée des salaires…

En réalité, la France est en récession depuis longtemps, et le dernier qui fut  » droit dans ses bottes « , c’était en 95, et là aussi, on a vu le résultat!

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.