Soutenez le PS

Adhérez au PS

A chacun sa guerre!

François Mitterrand avait eu la guerre du Golfe, Jacques Chirac celle de la Bosnie, Nicolas Sarkozy, l’Afghanistan et la Libye, et François Hollande devra gérer d’ici 3 à 6 mois une guerre au Mali. Le même scénario afghan se déroule dans cette corne africaine où les mausolées de saints musulmans ont été détruits à Tombouctou, et au nord du pays, les femmes sont violées, et les hommes décapités sur simple présomption de vol.

François Hollande, lors de son allocution lors de l’Assemblée Générale des Nations-Unis a clairement indiqué qu’une intervention était nécessaire. Pas celle de la France, mais celle de l’Union Africaine, qui devra commencer par mettre en place un gouvernement d’union nationale au Sud, à Bamako, puis commencer à liberer le Nord qui est tenu par les islamistes de l’AQMI, et enfin mener une guerre dure au Sahara pour vaincre le terrorisme.

Mais rien ne se fera sans le soutien de l’Algérie, où notre president doit se rendre au début du mois de décembre. Les autorités algériennes sont très réticentes à une intervention car elles ont peur d’une extension de la crise à la population touaregue du pays. Pourtant, Alger a toujours joué  » un rôle d’intermédiaire dans toutes les crises entre rebelles touaregs et gouvernement malien  » comme l’énonce Mathieu Guidère, professeur d’islamologie à l’université de Toulouse. Mais dans le même temps, Alger,  » confronté à la présence de groupes djihadistes sur son territoire, a tout fait pour les éloigner…AQMI est composé d’algériens et les chefs des trois brigades sont algériens « .

Et puis, mettons les pieds dans le plat, l’Afrique est importante pour la France en terme de ressources minières. On ne peut pas, ne pas tenir compte de cet intérêt stratégique, et il est temps de revenir aux fondamentaux: oui la Francafrique c’est fini, mais l’Afrique France reste! Il n’est pas question de se laisser damer le pion par les chinois ou les indiens! Areva, par exemple au Niger, exploite l’uranium dans le sahel troublé, et il faut savoir qu’un tiers de l’uranium extrait dans cette zone alimente les centrales nucléaires de notre pays.

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.