Soutenez le PS

Adhérez au PS

Une  » Royale  » dégelée!

Ségolène Royal a perdu les élections législatives de La Rochelle, et évidemment c’est de la faute du twitt de Valérie Trierweiler! Comme en 2007, elle a perdu l’élection présidentielle en raison du manque de soutien de l’appareil du parti! En revanche, quand elle gagne, c’est grâce à elle, à sa vision, à son sens de l’anticipation. Ainsi est Ségolène Royal, tantôt victime, tantôt madonne!

Remettons le film à l’endroit tout de même. La dame du Poitou, une fois perdue les primaires socialistes pour l’élection présidentielle, avait annoncé vouloir être candidate à La Rochelle pour la députation, sans passer par les primaires, alors que partout en France et à l’étranger, celles ci ont eu lieu, et puisque cette élection allait être pliée d’avance selon elle, elle avait aussi anticipé le perchoir, presque un dû, puisqu’elle était la candidate de 2007, et la mère des quatres enfants du président!

Elle est comme çà Ségolène, à partir du moment où elle a un désir d’avenir, elle l’annonce, parce qu’elle le vaut bien. Le problème, c’est que les temps changent. Et les moeurs politiques aussi. En face il y’avait Olivier Falorni, premier fédéral de Charente Maritime, soutien de François Hollande, alors que ce dernier se trainait dans les sondages en 2010, et ami personnel de Valérie Trierweiler. C’est lui qui a abrité l’amour naissant du président en 2005, et forcément çà crée des liens. Sans compter un militantisme de terrain de 20 ans.

Je ne peux m’empêcher de penser à Axelle Lemaire, Corinne Narassiguin, Daphna Poznanski, ces trois femmes, qui ont eu droit à des primaires difficiles pour représenter les français de l’étranger, et qui ont gagné avec panache, sans passe droit, sans mettre en avant leur statut de femme, ou de mères de famille, et qui, une fois victorieuses, ont eu le sens de la modestie. La nouvelle génération est là, et cela fait du bien.

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.