Soutenez le PS

Adhérez au PS

Eloge de la patience.

François Hollande, à peine élu, prend le temps de consulter avant de choisir son premier ministre. Il n’avait demandé à personne de se préparer, car il voulait faire les choses dans l’ordre. D’abord la victoire, et ensuite le choix, dont la nomination devrait intervenir juste après la passation de pouvoir – le 15 mai -, et en attendant nous sommes dans une période de transition où Nicolas Sarkozy reste le président. Francois Hollande devra choisir un premier ministre en fonction d’enjeux politiques, puisqu’il devra mener la bataille des législatives, et dans le même temps, il faudra que ce dernier ait une relation personnelle avec le président. Pour l’heure, il semblerait que Jean-Marc Ayrault tienne la corde, et il lui faudra former un gouvernement rassemblant socialistes, radicaux de gauche et verts. Soit quinze postes ministériels et donc 45 ministres. Les premières mesures de ce quinquennat seraient de bloquer les prix de l’essence pour 3 mois, la création de 12000 postes à l’éducation nationale et la retraite à 60 ans pour tous ceux qui auront cotisé la totalité de leurs annuités.

La deuxième priorité sera la visite de Francois Hollande à Angela Merkel le 16 mai, où le feu couve après l’effondrement politique de la Grèce, suite aux élections législatives de dimanche. En effet, Nouvelle Démocratie et le Pasok ont réuni ensemble 30% des votes contre 80% lors des précédentes échéances et les partis de gauche et d’extrême droite ont ramassé la mise dans un contexte de banqueroute du pays. La crise de la dette sera LE chantier du gouvernement puisque l’effondrement de la Grèce a des effets directs sur les emprunts français et sur l’évolution de l’Euro. La calculette sera donc la maitresse de la politique à venir, et Francois Hollande devra démontrer dans les faits qu’un autre horizon est possible après le vote du 6 mai.

Il n’y aura donc pas d état de grâce pour le nouveau président, mais profitons tout de même de cette transition pour sourire à ce qu’aurait écrit François Mitterrand sur Francois Hollande, selon Patrick Besson :  » Me plaît chez le cher François, cette lenteur souriante qui comme souvent, dissimule une énergie qui fut aussi la mienne autrefois « . Dont acte!

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.