Soutenez le PS

Adhérez au PS

Rendez nous la lumière!

« Rendez nous la lumière, rendez nous la beauté, le monde était si beau et nous l’avons gâché…« . Merveilleuse chanson de Dominique A qui pourrait parfaitement s’inscrire dans la campagne menée par Jean Luc Mélenchon. Voilà un homme dont les journaux, le Monde et l’Express, traitaient de populistes en le comparant à Marine le Pen. Un homme, dont la sphère politique et médiatique moquaient son peu de « modernité » puisqu’il séduisait la classe ouvrière, alors que Terra Nova – think tank de gauche – avait décrété que celle ci n’existait plus et qu’il était plus rentable électoralement de séduire les classes populaires et moyennes!

Et voilà que Jean Luc Mélenchon, amoureux de la poésie de Paul Eluard, a pris la Bastille un 18 mars, et se paie le luxe de rassembler plus de quatre-vingt mille personnes sous la pluie. Celui qui a décidé dès le début de considérer les électeurs comme des êtres intelligents, capables de comprendre les enjeux du pays, voit son travail reconnu puisque selon BVA, il parvient à dépasser l’égérie du Front National, en obtenant 14% d’intentions de vote pour le 1er tour de la présidentielle. Après la tragédie de Toulouse, beaucoup craignaient un basculement de l’élection avec une forte progression des droites et ce fut au contraire la démonstration que les français sont un peuple raisonnable.

Le troisième homme de la présidentielle – si les sondages confirment sa percée – a dors et déjà réussi son pari, puisque le Front National, malgré les vociférations de son leader, est passé de 20% d’intentions de vote l’hiver dernier à 13% cette semaine! « Nous avons allumé les Lumières, et les vampires de l’extrême droite ont commencé de s’envoler » s’est réjouit celui qui colle des images à chacun de ses discours.

C’est la bonne surprise de la campagne, et en réunissant sous sa bannière les électeurs communistes, ceux du NPA et les antifascistes, il pourrait offrir à François Hollande, au deuxième tour une réserve de voix absolument nécessaire pour gagner le rendez-vous du 6 mai. Encore faudra t-il convaincre cette frange de ne pas aller à la pêche, elle qui a si souvent été déçue par la gauche, une fois au pouvoir! En tout état de cause, quelque soit son score final au premier tour, celui qui se définit comme « le bruit et la fureur » aura fait honneur à la gauche en faisant une campagne moralement juste et digne.

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.