Soutenez le PS

Adhérez au PS

Vis ma vie de socialiste à Berlin

Histoire de changer un peu de point de vue dans les articles du blog, cet article vous fera le récit de deux semaines d’activité d’un militant socialiste à Berlin, dans cette période pré-électorale particulièrement chargée. Cet article se veut aussi une base, un descriptif aux nombreuses personnes qui se demandent ce que peut faire un militant socialiste en Allemagne et à Berlin particulièrement !

Avant toute chose, une petite présentation de la section berlinoise : elle existe depuis 1982 et dispose en 2012 d’une bonne quarantaine de membres, qui se réunissent au minimum une fois par mois pour une séance publique accessible à tous. La section est toujours joignable à l’adresse berlin@ffe-ps.org et avait déjà fourni un résumé de l’année 2007.

Mardi 6 mars, 19h, arrivée dans les beaux locaux à Tiergarten de la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik (DGAP, société allemande pour la politique extérieure). Nous nous rendons à une conférence donnée par le prestigieux institut en coopération avec le magazine franco-allemand ParisBerlin, intitulée « Solidarité dans l’Union Européenne », avec Alain Lamassoure, eurodéputé UMP et Gunther Krichbaum, député allemand CDU. Oui, vous avez bien lu, un débat sur la solidarité entre deux représentants de la face Merkozy-enne de l’UE !

Ca sentait un peu le piège, on s’est dit que ca pouvait être intéressant d’y faire un tour, même (ou surtout ?) si la discussion était plutôt destinée à un public allemand. Le représentant de la CDU a tenu un discours intéressant et responsable, rappelant les bénéfices et la chance dont a bénéficié l’Allemagne au sortir de la guerre. Et de tacler le populisme de Sarkozy d’un « Qu’aurait donné le résultat d’un référendum demandant aux peuples français, italiens et autres si l’Allemagne devait les rejoindre dans une union ? », malgré les réactions outrées d’un groupe de 4 Allemands septuagénaires nostalgiques ultra-conservateurs.

Lamassoure était bien plus en atmosphère de campagne, léchant allègrement les bottes louant la sagesse des politiciens et du peuple allemand et vantant la vigueur de son économie, caricaturant les socialistes, cachant adoucissant les relents halal-xénophobes de la campagne du président-candidat et contournant habilement les questions qui fâchent, comme celle demandant comment un pacte peut être qualifié de « solidarité » en ne contenant aucune mesure sociale ou de relance !

Au final, au milieu d’une centaine de participants principalement Allemands, après une question un peu plus incisive ont suivi des échanges intéressants lors des discussions informelles suivant le débat, quelques prises de contact avec les journalistes et quelques rencontres avec des sympathisants qui ne connaissaient pas encore la section.

Mercredi 7 mars, 5. Parlementarischen Abend der Internationalen Jugendarbeit (5ème soirée parlementaire sur les échanges internationaux de jeunesse), organisée dans les non moins somptueux locaux de la représentation du Land de Sarre dans la capitale. Soirée organisée par l’OFAJ en coopération avec 7 organismes bilatéraux d’échanges de jeunes. Les participants sont invités à assister à 4 tables thématiques, auxquelles prennent part des députés des différents partis, des représentants de diverses associations s’occupant de la jeunesse ou du dialogue interculturel (tous les candidats/partis avaient été invités, seul le PS était présent).

Environ 200 personnes sont massées dans le patio, où tout commence par quelques discours introductifs: descriptif et vivant pour la secrétaire générale française de l’OFAJ, puis coincé, ennuyeux, voire orienté pour le très conservateur nouveau secrétaire général de la DFJW (acronyme allemand de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse), et enfin jovial, animé et amusant pour le représentant du très francophile Land de Sarre.

Ensuite, lors de la table-ronde choisie, dont le thème était « Naturelle démocratie ?! », un débat très technique, auquel sont intervenus presque exclusivement des représentants des organisations de jeunesse, venus surtout parler de sous, leurs moyens étant été réduits par l’actuel gouvernement allemand (le fameux modèle).

Une petite question restée sans réponses sur « comment la démocratie peut-elle si vite disparaître en Hongrie, au cœur de l’Europe », puis en passant, un petit tacle aux partis politiques allemands dont la démocratie interne laisse parfois à désirer ont mis un petit peu d’ambiance. Résultat, de longs échanges avec deux députés SPD et Grünen et l’occasion de les introduire aux futurs députés des Français établis hors de France et à Pierre-Yves Le Borgn’, le candidat ayant la double investiture PS-Verts. Et aussi la proposition de rejoindre et participer aux discussions de certains courants desdits partis.

Jeudi 8 mars, journée de la femme. Devons-nous organiser un événement supplémentaire, nous-mêmes ? Finalement, nous décidons de nous joindre chacun aux événements de nos autres réseaux et associations. Quelques-uns se joignent à l’appel de la Weltfrauenkonferenz sur Alexanderplatz, d’autres vont distribuer des roses bien rouges avec les camarades sociaux-démocrates comme à Kreuzberg-Friedrichshain.

Vendredi 9 mars, 18h, conférence organisée au Novotel de Fischerinsel par l’association des Amis de RFI sur l’avenir de l’audiovisuel français. Le gouvernement Sarkozy a mené, ici aussi, une politique catastrophique ces dernières années et nous avons au moins été témoins en Allemagne de la disparition du décrochage en allemand de la radio, et ce fut le cas pour tant d’autres langues.

Réduction des coûts, toujours et sans limites, et fusion forcée avec France 24 et TV5 Monde (malgré la dimension internationale de ce dernier). Le personnel est réduit, mécontent et la diversité si ce n’est la qualité des programmes, s’en ressent. Les nombreuses et longues grèves sont pour l’instant restées sans effet.

C’est ainsi qu’était invité le député PS Didier Mathus, afin de discuter du sujet qu’il connaît particulièrement bien pour s’en occuper à l’Assemblée Nationale, mais aussi pour présenter les alternatives envisagées par le Parti Socialiste et son candidat François Hollande en cas de victoire en mai 2012.

L’occasion pour nous de discuter avec la cinquantaine de personnes présentes pour les sensibiliser aux législatives à l’étranger, dont tant de concitoyens ignorent encore la tenue quelques semaines après les présidentielles ! Quelques rappels sur nos propositions, mais un travail de conviction plutôt limité, pas l’ombre d’un conservateur ou d’un centriste pour une fois au Novotel 😉

Samedi 10 mars, 10h30, à Check Point Charlie petit café avec le député, l’occasion de parler en petit groupe de Berlin, de l’Allemagne, du prétendu modèle sacrément chancelant, où les mairies d’arrondissement de la capitale sont obligés de vendre leurs mairies par soucis d’économies et parce que son gouvernement conservateur n’est même pas capable de penser solidarité à l’intérieur de ses frontières.

L’occasion aussi, à deux pas de la rédaction du journal progressiste berlinois TAZ et du groupe manipulateur conservateur de médias Springer (le tabloïd Bild notamment), l’équivalent de la Pravda ou du Figaro, mais avec une puissance impressionnante et capable de modeler l’opinion publique allemande, l’occasion disais-je, d’évoquer la scandaleuse couverture de la campagne présidentielle française, avec articles à charge (et plein d’incohérences) contre François Hollande. Entre-temps, le vent a tourné, Sarkozy ayant choisi de larguer Angela suicider son image au niveau européen, avec son attaque contre Schengen, particulièrement mal vue de ce côté du Rhin.

Dimanche, jour du Seigneur, ça va, vous aurez compris…

Lundi, lieber kein Montagsauto*.

Mardi 13 mars, 19h, on se retrouve à l’Institut Français, pour le traditionnel débat pré-élections présidentielles. Pascal Thibaut, illustre journaliste de RFI anime le débat, où interviennent le professeur Ménudier, de l’université Paris-III et Dr Claire Demesmay, dirigeant les études françaises de la DGAP à Berlin et auteur de nombreux ouvrages sur les relations et les différences entre la France et l’Allemagne.

120 à 150 personnes sont présentes dans la salle. L’Ambassade tout comme l’Institut Français brillent par leur absence, mais où nous sommes une bonne dizaine de militants de la section de Berlin. Première grosse surprise, alors que toutes les personnes sur le podium sont Françaises, que la publicité était faite dans les deux langues et que l’événement fait partie des 25 ans du jumelage entre Paris et Berlin, le débat a lieu en allemand et sans traduction ! Une quinzaine de personnes quittent la salle rapidement.

Les analyses sont d’assez bonnes factures, le Pr. Ménudier décide de tacler tout ce qui bouge, avec un petit goût prononcé pour la figure d’Arnaud Montebourg (un contentieux personnel ?). Les éclairages les plus importants sont apportés aux diverses, désastreuses et populistes promesses du président faites fraîchement au grand meeting de Villepinte. Si le sondage le voyant pointer devant est mentionné, pas sûr qu’il est pu convaincre qui que ce soit dans la salle avec ces arguments. Dr Demesmay, à travers un éclairage sur la gestion des déficits sous Jospin et Sarkozy, finit de rassurer les Allemands, inquiétés par les analyses du Springer Verlag sur la campagne et sur la crédibilité de l’alternance socialiste.

Dans les questions du public et après le débat, ce fut une fois de plus l’occasion de faire parler de la section, du programme du candidat, de rassurer que non le halal n’est pas le premier sujet de discussion en France malgré les fantasmes paroles du candidat-président, que non, Hollande ne veut pas repartir de zéro sur le « Fiskalpakt », mais y rajouter un volet consacré à la croissance et que le plus populiste n’est pas celui que l’on croyait, mais bien celui qui veut sortir de Schengen en 12 mois (sic).

Des journalistes allemands un peu rassurés, des Allemands raisonnablement enthousiastes pour Hollande, des Français introduits à Pierre-Yves Le Borgn’ et quelques sympathisants acquis à la cause et aux actions de campagne, il y avait de quoi être satisfait ! Pas mal de flyers sont partis et les poteaux environnants se sont vus ornés de stickers François Hollande.

Mercredi 14 mars, 18h15, Gendarmenmarkt, nous retrouvons les sénateurs Daniel Raoul et Renée Nicoux, président et vice-présidente de la commission des affaires économiques du sénat, en visite multi-partite en Allemagne pour observer et décrypter le modèle allemand.

Ils ont pu notamment observer dans la journée, en périphérie de Berlin, comment la PAC servait à financer d’immenses fermes agricoles, générant de grandes quantités de lisier pour faire du biogaz. Où comment la PAC (co-)finance la mutation énergétique allemande et permet à ces fermes de vendre le lait, devenu le produit secondaire, à un prix imbattable.

Nous avons pu leur parler des détails cachés du modèle allemand : de l’ampleur et des travers des mini-jobs (1,8 millions de plus en 8 ans, presque exactement le nombre de chômeurs en moins), de l’escroquerie de la mesure des déficits allemands, souvent cachés au niveau des Länder et des villes, ce que l’Allemagne reprendra en pleine figure prochainement, des aspects cachés de la réunification (existence de contrats de travail Ost et West, où salaires, heures travaillées hebdomadaires [39 vs 37h]  et congés [25 vs 30j] divergent) et de la tartufferie consistant à croire côté français et faire croire côté allemand que les Allemands travaillent plus, alors que la durée moyenne de travail, tout comme le nombre de  jours de congés, est inférieur en Allemagne ! Mais aussi mentionner ce que Sarkozy se garde bien de vouloir prendre du modèle allemand, son modèle démocratique, sa la définition du mot irréprochable, l’indépendance de la justice, etc.

Jeudi 15 mars, 19h-22h, Stammtisch du groupe berlinois de Connexion Française. Une cinquantaine de Français sont là, le bras droit de Ronan Le Gleut et quelques sbires de l’UMP aussi font le tour des tables pour parler Fouquet’s promouvoir leur champion sur le mode « M. sympa ». Un succès pour le moins mitigé. On fait aussi passer quelques messages, quelques flyers à la cinquantaine de personnes présentes, pas vraiment venues pour ça.

Le candidat sarkozyste, probablement trop occupé à préparer ses petites vidéos, à courir derrière Copé pour barboter lui aussi dans la piscine de Takkiedine obtenir un soutien, à réparer les dégâts causés par le discours de Sarkozy à Villepinte souhaitant taxer les exilés fiscaux (levez le doigt dans la salle) ou à rédiger le discours bafouillé lu avec peine par Suprême NKM, la porte-parole du président-candidat afin de rassurer les expatriés sur ses intentions (gratifiant 600 000 Français de l’étranger d’un nouveau spam, pour une vidéo dont la persuasion et le texte font tellement de la peine que je vous le mets en lienBild dir deine Meinung comme qui dirait ! ), brille toujours par son absence dans la circonscription.  Même plus présent à toutes les réunions « petits fours », on n’a toujours pas vu l’ombre d’une proposition concrète et Monsieur refuse toujours tout débat public ou confrontation d’idées entre candidats.

Pendant ce temps dans la circonscription, les candidatures continuent de s’empiler à un rythme effréné. Elles seraient même 10 selon Picsou Magazine le « carnet de campagne chez les expats », qui, malgré une propension à vouloir tacler tout ce qui bouge et à voir l’élection comme la dernière saison de la Star Academy, malgré quelques grosses fautes d’orthographe et non moins grosses inexactitudes – y compris sur les dates de l’élection, qui aura lieu les 3 et 17 juin, faisant douter de la qualité de journaliste affichée – et malgré tant une présentation caricaturale du candidat PS et Verts qu’une lubie tant sur un « parachutage » (sic) mal-accepté (par qui ?) de notre candidat ainsi qu’une autre sur son refus par les Verts locaux (mais quels Verts ? quelqu’un a-t-il vu une seule action, une seule position prise par un Vert d’Allemagne ?), dispose d’une variété de sources plutôt intéressante.

Nous retrouverons notamment notre girouette préférée vieille connaissance Jean-Marie Langlet, bien décidé à se présenter de son vivant à toutes les élections possibles de Teutonie et de Navarre, trouvant toujours un quelconque parti pour l’introniser… Plus triste, une panoplie de personnes n’ayant strictement aucun lien avec la circonscription seront candidates, par et pour le simple fait d’être une femme et de permettre ainsi à leurs partis respectifs de se rapprocher des objectifs de la parité.  On est bien loin de l’esprit à l’origine de la loi.

Pendant ce temps surtout, le Parti Socialiste recevait le SPD, le PD italien et d’autres gauches européennes à Paris, le soutien à François Hollande a été unanime et bien repris par les médias allemands (lire aussi le discours « Renaissance pour l’Europe »), Pierre-Yves Le Borgn’ recevait le soutien de Stéphane Hessel et à Francfort avait lieu les premières actions de porte-à-porte des soutiens de François Hollande en Allemagne. A découvrir prochainement à Berlin, peut-être sur votre palier !

Rmatt

* Montagsauto : littéralement voiture du lundi. Surnom donné aux véhicules accumulant les défauts techniques et/ou mécaniques et qui ont dû être produits un lundi par des ouvriers par encore réveillés après le week-end. La légende populaire prétend que les Montagsauto sont pires que les Freitagsauto…

2 commentaires

  1. Ping : Condensé d’action et de campagne: « Vis ma vie de militant à Berlin » | Hambourg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.