Soutenez le PS

Adhérez au PS

Y también la lluvia.

Film espagnol épatant, vu à Berlin, ou un jeune réalisateur arrive avec son équipe pour un tournage sur la conquista espagnole dans les montagnes boliviennes… et découvrent très vite les problèmes d’accès à l’eau pour la population.

Cette chronique nous ramène au combat de Danielle Mitterrand, décédée le 22 novembre dernier, qui à la tête de France Liberté n’a pas cessé, entre autres, de considérer que l’avenir de l’Homme c’est de respecter la nature pour se respecter soi même. Lors du sommet de Rio en 92, la pénurie d’eau potable touchait un habitant sur cinq et aujourd’hui elle est exponentielle puisqu’elle touche les deux tiers de la planète! Il y a beaucoup d’eau dans le monde mais 70% de l’eau douce est de l’eau potable polluée et seuls ceux qui en ont les moyens peuvent boire de l’eau « propre ». Ainsi dans son dernier livre d’entretien, « ce que je n’accepte pas », elle a tenu à inscrire l’eau comme bien commun de l’humanité, et considère que la marchandisation de cet élément de vie est une aberration puisqu’on « ne peut pas vendre la vie ».

La gauche, dans son ensemble, devrait prendre la mesure de ce combat et considérer avec les français que l’accès à l’eau potable est aussi un droit de l’homme et pourquoi ne pas l’inscrire dès lors dans la constitution?

Amine Cassim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.