Soutenez le PS

Adhérez au PS

Agences de notations au pilori

Le prix de l’épouvantail semblerait cette année acquis avant l’heure. Les agences de notations, déjà sous d’intenses pluies de critiques à la suite de la débâcle financière de 2008, ont littéralement déchaînées les passions en 2011, d’abord en Europe, puis maintenant aux Etats-Unis d’Amérique après le camouflet infligé par Standard & Poor.

Du flot de critiques, bien souvent opaques, lancées principalement par la classe politique et beaucoup d’économistes keynesiens, le texte “Agences de notations au pilori” propose d’analyser en premier lieu ce que sont les agences de notations, leur mission et leur mode de fonctionnement; Puis de décomposer point par point ces critiques afin de cerner en quoi une agence de notation est importante, et sur quel mode celle ci devrait fonctionner.

Pour résumer la teneur de ce texte, après une présentation succincte des agences en place, il rappelle l’importance au niveau théorique des agences, et particulièrement leur rôle dans le cas des dettes souveraines. Il discute ensuite les différentes critiques classifiées sous les catégories suivants:

  • Le procyclisme: Critique selon laquelle les agences renforceraient l’amplitude des cycles économiques, accentuant les périodes de croissance à outrance et précipitant les crises plus que nécessaire.
  • L’indépendance et le conflit d’intérêt: Ces critiques émergent le plus souvent. Bien que tout à fait fondées dans le cas des notations privées, elles sont biaisées dans le cas des dettes souveraines.
  • La transparence, la compétence et la nécessité: Ces critiques importantes sont probablement les plus justes, pour des raisons développées plus avant dans le texte. Elles devraient être la base d’une éventuelle réflexion sur le devenir des agences de notations.

La conclusion des réflexions issues de ce texte souligne la véritable nécessité d’agences de notation de dettes souveraines. Cependant, le modèle actuel ne correspond pas à ce que l’on en attend exactement en terme d’utilité économique, sociale et politique. La transparence et la compétence sont des points centraux que les agences actuelles ne satisfont pas.

La nécessité cependant d’une ou plusieurs agences de notations strictement, fondamentalement, indépendantes de toutes velléités clientèlistes des pouvoirs politiques incite à la mise en place d’agences de notations basées sur un modèle ouvert (open source) et gérées par la société civile. La nature d’une telle proposition sera discutée plus en détail lors d’un prochain article.

 

Samuel Drapeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.