Soutenez le PS

Adhérez au PS

Rencontre militante de Martine Aubry à Berlin

08 septembre 2011, Martine Aubry avec le PS Berlin

Martine Aubry a été invitée le jeudi 8 septembre à participer avec Sigmar Gabriel à une rencontre d’étape sur la crise européenne. Cette rencontre, organisée en 10 heures à la demande du SPD, a entrainé un bouleversement de l’agenda de Martine. Pourtant, malgré la brièveté de sa visite à Berlin et celle des délais, il a été possible d’organiser à la fois une rencontre de Martine avec des camarades de Berlin le soir même au siège du SPD et un
petit-déjeuner militant le lendemain matin avant son départ pour Évian.

Je vais commencer par le petit-déjeuner, avant de revenir sur la rencontre de la veille. Le petit-déjeuner militant était prévu pour durer 30 à 45 minutes, Martine devant prendre un vol d’une compagnie low-cost bien connue pour son intransigeance sur les horaires d’embarquement. Il dura en tout 1h15, tant l’ambiance, très chaleureuse, et la qualité de la conversation, firent oublier l’heure à tout le monde !
En tout, une douzaine de militants et sympathisants du PS Berlin purent participer – ce qui pour un vendredi à 8h30 du matin montre un haut niveau d’intérêt pour Martine – ainsi que deux militantes de Paris X de passage à Berlin dans le cadre d’un jumelage avec le SPD de Kreuzberg. Martine demanda à chacun(e) de se présenter et de décrire le parcours l’ayant mené(e) à Berlin. Elle revint ensuite sur la rencontre avec Sigmar, sur l’historique des relations établies entre le PS et le SPD depuis deux ans et demi. Elle nous expliqua de nouveau sa vision de l’Europe et ses propositions de réponse à la crise de la dette publique, notamment celle de création d’une „Bad Bank“ publique. Martine a depuis développé cette idée dans une tribune dans Les Echos du Mardi 13 septembre. Nous nous engageâmes ensuite dans une conversation à plusieurs voix, abordant tour à tour le SPD, le PSE, la Charte Européenne pour une sociale démocratie engagée, les
élections européennes, la Défense Européenne, les Eurobonds, mais aussi la politique culturelle, le 1 euro numérique ayant vocation à remplacer la loi Hadopi pour garantir un financement des artistes, et les Contrats d’Avenir.
Martine, séduite visiblement par la section, déclara: „Nous devons à l’avenir utiliser mieux vos compétences, votre expertise, et pour les prochaines élections européennes, je suis favorable à ce que tous nos candidat(e)s aient l’expérience de la vie à l’étranger, c’est nécessaire, nous avons besoin de ce regard différent et de cette expérience. “
La rencontre de la veille à la Willy Brandt Haus, le siège du SPD, avait commencé en marge de la conférence de presse commune de Martine et Sigmar. Malgré le vote de deux plans de rigueur catastrophiques en France et en Allemagne, et la nouveauté de voir deux dirigeants de l’opposition dans nos deux pays parler d’une même voix pour dénoncer la crise et dessiner les contours d’une solution socialiste, la presse n’eut de questions que pour du franco-français. Un journaliste de
BFM-TV avait été envoyé exprès à Berlin, dans le même avion que Martine, pour recueillir ses déclarations sur l’affaire Guérini.
En tant que correspondant du Comité de Soutien à Martine Aubry à Berlin, je tiens à remercier ici Olivier Dussopt et son assistant David Rey qui depuis Paris ont aidé à l’organisation, Pouria Amisrahi pour son soutien depuis Solferino,
Matthieu Rigal, secrétaire de la section de Berlin, pour la mise en place logistique et la mobilisation des camarades, et Pierre Kanutty, sans qui rien n’aurait été possible !
Amitiés socialistes, Mathieu Pouydesseau et Annie Bartez  Berlin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.