Soutenez le PS

Adhérez au PS

Quel temps magnifique!

Quel plaisir de pouvoir profiter quelques heures de Berlin avec un tel soleil. Un plaisir à déguster sans modération.

Ceci dit, rien n’empèche de se préocuper des élections présidentielles qui, soleil ou pas, se dérouleront dans trois semaines jour pour jour.

Pour nous berlinois, cela signifie tout d’abord la possibilité de discuter lors du Café Citoyen organisé par le comité de soutien à Ségolène Royal le Lundi à 19 heures au café Via Nova. Voir le lien ci-avant pour de plus amples informations.

Sinon quelques informations qui me sont parvenues ici ou là de differentes personnes.

  • La Newsletter concernant le jumelage PS-SPD entre Berlin, Paris et Rome (les sections Berlin-Pankow, Paris 11 et village Breda de Rome) avec en particulier l’escapade en terre Parisienne entre le 13 et 15 Avril pour entre autres participer à la campagne sur le terrain.
  • Quelques articles concernant la campagne, en particulier un éditorial du monde sur Simone Veil – l’identité nationale et F.B…
  • Un article proposé par S.W. de l’huma concernant l’échec des orientations Macroéconomiques
  • Encore un édito du monde sur le dérapage…
  • Une interview de Ségolène Royal dans Libération envoyé par H.M.

A noter une revue de presse de la section de barcelone (on signale son blog très actif au passage) concernant « des programmes, un hymne, un drapeau », et un résumé des propositions de Ségolène Royal concernant la réforme constitutionelle dans le Blog de la section madrilène (blog lui aussi très actif).

Très instructif, le sondage signalé le blog de la section de Casablanca au maroc concernant les intentions de vote des Francais d’origine africaine.

Ensuite de Richard Yung un texte concernant la lettre aux francais à l’étranger de F. B., ainsi qu’un autre concernant l’instauration de la gratuité de l’enseignement à l’étranger proposé par l’UMP.

Enfin le texte de l’analyse ainsi que l’avis de la FFE sur le livre vert concernant « la protection diplomatique et consulaire du citoyen de l’Union dans les pays tiers ».

Bonne semaine à tous et à ce soir

S.D.

6 commentaires

  1. par Anthony Mette - 4 avril 2007 à 16 h 59 min

    Nous vous en parlions il y a quelques jours, Sarkozy a déclaré à nice, lors d’un meeting sur l’identité nationale :« La France n’a pas commis de génocide. Elle n’a pas inventé la solution finale. »

    Mais ce n’est pas la 1ère fois qu’il est l’auteur de tels propos. Il avait déjá déclaré à Caen, il y a 3 semaines: « Nous avons tout lieu d’être fiers de notre pays, de son histoire, de ce qu’il a incarné, de ce qu’il incarne encore aux yeux du monde. Car la France n’a jamais cédé à la tentation totalitaire. Elle n’a jamais exterminé un peuple. Elle n’a pas inventé la solution finale, elle n’a pas commis de crime contre l’humanité, ni de génocide. »

    En plus de la faiblesse historique de ces propos, c’est leur portée nationaliste qui inquiète. Culpabiliser l’Allemagne en 2007 sur son passé nazi, voilà qui va lui faire très plaisir. Mr sarkozy, en tant que candidat à l’élection présidentielle, donne là une perspective très encourageante sur l’avenir de l’Europe et de l’entente du couple franco-allemand.

    Aucun grand média ne semble vouloir s’intéresser à de tels propos, pourtant encore disponibles sur le site internet de l’UMP. On critique de plus en plus les journalistes, sont-ils incompétents, roulent-ils pour Sarkozy? En tout cas il y a quelque chose qui ne marche pas. Les mêmes mots dans la bouche de le Pen, de Villiers, seraient-ils passés aussi inapercus?

    Heureusement l’information circule sur le net. Voici la liste des blogs, sites, ou vous pourrez en savoir plus:

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2007/03/la_nause.html
    http://www.taurillon.org/Nicolas-Sarkozy-est-il-germanophobe
    http://birenbaum.blog.20minutes.fr/archive/2007/03/31/continue-sarko.html
    http://www.betapolitique.fr/spip.php?breve0410

    http://www.bigbangblog.com/breve.php3?id_breve=313 http://taurillon.org/Ist-Nicolas-Sarkozy-deutschfeindlich
    http://www.koztoujours.fr/?p=224
    http://www.lejdd.fr/cmc/presidentielle/200713/sarkozy-enfonce-le-clou_5477.html

  2. par Neibaf - 7 avril 2007 à 14 h 45 min

    L’article d’Hamon dans l’Huma est typique d’un double contresens dont nous devrions nous garder en tant que citoyens européens et de gauche:

    1- penser que nos problèmes économiques viennent de l’Europe « le changement même partiel » des « politiques économiques européennes actuelles » n’amènera sûrement pas d' »amélioration sensible de la situation sociale en Europe », même si ce changement est sans doute à bien des égards souhaitable. Si c’était le cas, TOUTE l’EUROPE serait dans l’état de la France, ce qui n’est évidemment pas vrai, voir l’Allemagne. Encore une fois, on se défausse de nos responsabilité sur Bruxelles; ce faisant, on arnaque le citoyen, et on contribue à l’euroscepticisme.

    2- ignorer que nous ne somme plus qu’un 27e de l’Union et continuer d' »exiger » ceci ou cela à Bruxelles surtout quand il s’agit de sujets brulants comme le budget européen. Cela ne fera qu’amoindrir encore notre crédibilité. Faire mine de croire que nous allons relancer le débat constitutionnel en faisant des propositions aussi maximalistes (emprunts et impôts européens inscrits dans les traités !!!) du point de vue de nos contradicteurs (nems, UK, scandinaves au moins soit une bonne moité des EM) c’est ou bien faire montre d’une ignorance crasse de ce qu’est aujourd’hui l’Union, ou bien prendre les électeurs pour des imbéciles.

    On retrouve bien ici la marque du défenseur du non: subtil mélange d’ignorance et de manipulation, qui abouti au désastre.

  3. par Civodul - 7 avril 2007 à 17 h 42 min

    D’abord merci à « Neibaf » d’utiliser la rubrique commentaire de ce blog pour… faire des commentaires en lien avec les notes publiées, ça devrait être la norme, mais ça ne l’est pas !

    Après lecture de l’article d’Hamon: ta critique me semble justifiée (les discours du type « nous ne voulons de l’Europe que si elle résoud tous les problèmes que nous ne sommes pas capables de résoudre au niveau national » sont dangereux), mais peut-être un peu trop sévère, car :

    – l’idée que l’Europe a besoin de l’adhésion des peuples et que son budget actuel est insuffisant pour lui permettre de mener des politiques ambitieuses est partagée par beaucoup, même chez les fervents ouistes.

    – BH est un noniste, mais il a le mérite de faire des propositions qui, même si elles ne sont pas toujours réalistes, peuvent au moins être soumises à la discussion. Ce n’est pas le cas de la plupart des porteurs du « non de l’espoir » (l’une des plus belles fumisteries de ces dix dernières années…) qui ne sont audibles que dans le refus.

    Soyons critiques mais ne décourageons pas les bonnes volontés. Sur la question européenne, au sein du PS, le faux consensus n’est pas une solution mais l’opposition frontale ad vitam aeternam n’en est pas une non plus.

  4. par L'Européenne - 9 avril 2007 à 11 h 01 min

    « Ignorance et manipulation »…
    De biens grands mots pour une si petite épaisseur critique… La question qui doit nous animés à l’heure actuelle n’est pas « comment avoir l’air le moins crétin au niveau de la construction européenne et faire oublier aux autres membres que notre peuple embaumé de phraséologies gauchistes a osé dire non à ce texte du réalisme et du compromis qui font avancer les choses?… ».
    On ne va pas reposer la question sociologique du « pourquoi les Français ont voté non? » qui ennuie l’économiste progressiste tourné vers l’avenir et le rendement.
    Alors laquelle poser? LA question des buts de l’Europe pour tous les peuples ensembles. Quel intérêt économique, social et politique à construire une Europe plus forte? N’oublions pas que la CECA purement économique n’était qu’une excuse pour éviter une 3ème guerre mondiale, un moyen de solidariser les peuples. Aujourd’hui les enjeux de l’approfondissement européen sont d’une autre nature (chomage, pauvreté des enfants et de différents groupes sociaux, défi écologique, réduction du clivage riches-pauvres, croissance économique durable…) et NE PEUVENT TROUVER DE RESOLUTION HORS DU CADRE EUROPEEN. Alors trêve de critique infondée et démago du « non » qui ne font pas avancer les choses. La gauche européenne a besoin de l’Europe pour mener les combats REELS ET REALISTES de la réduction des clivages sociaux et de la redistribution des chances entre les individus.
    Cordialement
    Sabrina

  5. par Franck - 10 avril 2007 à 12 h 45 min

    Chers camarades,

    la section socialiste de Rhénanie-du-Nord-Westphalie organise le 17 avril prochain à 19h00 à Düsseldorf une réunion-débat avec Bernard POIGNANT, député européen et président de la délégation française au Parlement européen.

    La réunion est ouverte à tous. Pour de plus amples renseignements: http://www.ps-nrw.blogspot.com

    Venez nombreux !

  6. par Neibaf - 11 avril 2007 à 22 h 07 min

    @Cidovul: j’aime ton nouveau nom Essref ! Tu as raison sur ta remarque 1/; sur ta remarque 2/ je suis moins convaincu, ces discussions irréalistes sont à mon sens du bruit et l’opium des franconombrilistes. Il faut faire oeuvre de pédagogie plutôt que de continuer à produire du brouillard.

    @L’Europe en peine: je ne comprends pas bien ta remarque pleine d’énergie et de majuscules; mais je serais très intéressé d’en percevoir l’épaisseur critique, si tu étais plus explicite: que va-t-on dire aux Anglais et aux Polonais au conseil de juin après notre victoire, par exemple ? J’aime ta liste à la Prévert des questions qui préoccupent l’Homme de gauche authentique, mais penser que l’Europe est la solution incantatoire à toutes ces questions est risqué car porteur de bien des désillusions potentielles. Le maître mot en la matière me semble être « subsidiarité »: en fait nombre de problèmes que tu évoques peuvent être résolus efficacement à l’échelle nationale (dois-je rappeler que nombre de pays européens n’ont pas le taux de chômage des jeunes dont notre modèle social est si fier ?).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.