Soutenez le PS

Adhérez au PS

IL ETAIT TEMPS

Il y a sans doute eu des mécontents, cette nuit, après les résultats du vote. Il y a même sans doute eu des envies de créer un autre parti avec un autre candidat un peu plus à gauche, un plus à droite, un peu plus haut ou un peu plus bas, mais pour le Parti, avoir un candidat désigné au premier tour est une chance qu’il faut reconnaître comme telle.

On peut être soulagé, car si la campagne interne a été un exercice démocratique nécessaire, la guerre civile entre anciens et modernes, experts légitimes et experts illégitimes, patriarches et madones, faux féministes et vrais féministes (et j’en passe) commencait à faire des dégats. Un deuxième tour serré assorti de petites phrases, de vidéos internet et de calculs sur les réserves de voix de l’un ou de l’autre aurait laissé notre candidat étrillé avant même le début de la véritable campagne.

Il est donc peut-être temps de ranger les caricatures dans ses tiroirs et d’aiguiser ses couteaux pour d’autres dos. Non, le PS n’est pas mort hier. Non, on n’enverra pas les jeunes délinquants à la légion étrangère et non, ce ne sera pas un comité de quartier qui décidera de l’usage de la bombe atomique. Oui, le débat va continuer, mais comme la question sera « comment » et non plus « qui », on peut espérer qu’il sera plus constructif que ces dernières semaines.

Notre travail de militants ne fait que commencer !

LF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.