Soutenez le PS

Adhérez au PS

La dette ennemie de la gauche: la triste expérience des berlinois

Avec près de 62 milliards d’euros de dettes (soit environ 18 000€ par habitant), Berlin est le Land le plus endetté de toute l’Allemagne fédérale. Le service de la dette coûte à la ville chaque année 2,5 milliards d’euros (12% du budget de la ville, soit en gros un petit porte-avions de Gaulle chaque année).

Les berlinois ont élu une gauche qui est depuis hier impuissante à cause de la dette sur laquelle elle est assise.

Tout candidat de gauche à la présidentielle devrait méditer cette expérience et annoncer clairement quelle est sa stratégie en ce qui concerne la dette de plus de 1000 milliards d’euros sur laquelle nous sommes assis en France.

DSK l’a fait, qui s’est engagé à stabiliser le ratio de la dette sur le PIB une fois au pouvoir. Voilà un engagement crédible et dont la modestie apparente accrédite l’honnêteté de celui qui s’y engage.

La dette contraint à long terme la dépense publique et donc l’action de l’Etat. Etre de gauche et vouloir un Etat présent de manière durable dans l’organisation de la société et de l’économie, c’est vouloir un Etat qui a les coudées franches et qui finance des politiques publiques plutôt que des intérêts de la dette.

FDL

pour la version longue de ce post: http://berlin.avecdsk.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.